Contrat Vert et Bleu Mandement Pays de Gex

Le territoire

Le contrat transfrontalier « Mandement – Pays de Gex » couvre la moitié Sud du Pays de Gex et la vallée de la Valserine côté français. Il concerne également une partie du Canton de Genève. Il couvre une superficie d'environ 312 km². Il s’étend sur les 5 communes genevoises et 14 communes françaises. De grandes unités écologiques et paysagères structurent le secteur : la Haute Chaîne du Jura, les bas-monts, les espaces agricoles de plaine, la Valserine, l'Allondon et les bords du Rhône.

 

 

 

Les partenaires du contrat

Porteurs du contrat

  • Communauté de communes du Pays de Gex, pour la France
  • République et canton de Genève, pour Genève

Partenaires financiers

  • Région Auvergne Rhône-Alpes
  • Conseil Général de l'Ain
  • Agence de l'Eau Rhône-Méditerranée et Corse
  • République et canton de Genève
  • Confédération Suisse

Structures impliquées dans la mise en oeuvre

  • Communes de Dardagny, Satigny, Meyrin et Vernier
  • République et canton de Genève
  • Pro Natura Genève
  • Conservatoire d'espaces naturels Rhône-Alpes (CENRA)
  • Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) - Coordination Rhône-Alpes
  • Parc Naturel Régional du Haut-Jura
  • Centre de coordination ouest pour l'étude et la protection des chauves-souris du canton de Genève (CCO-Genève)
  • Communauté de communes du Pays de Gex
  • Conseil Départemental de l'Ain
  • Association des agriculteurs du Mandement

Les mesures

Le contrat Vert et Bleu transfrontalier Mandement - Pays de Gex comporte au total 47 mesures pour mieux préserver les déplacements de la biodiversité locale : 25 mesures françaises (7 935 416 €), 6 mesures genevoises (1 410 431CHF), 13  mesures transfrontalières (1 167 781 €, 1 130 068 CHF).

 

Concrètement

  • Maintenir les prairies existant au Pied du Jura

Les prairies  des "bas-monts" sont formées par la transhumance des troupeaux. Ces espaces agricoles sont de véritables noyaux de biodiversité,  situés à  la  croisée de  plusieurs  corridors  biologiques majeurs. Ils présentent  un  intérêt  paysager  fort  et  la  population locale y est particulièrement attachée. Aujourd’hui,  certains  bas-monts sont abandonnés, ce    qui provoque  leur  reboisement. Maintenir  ces prairies ouvertes, par des interventions naturelles (pâturage) ou mécaniques (débroussaillage), est donc un enjeu fort, au niveau écologique et paysager tout en permettant de préserver des pâturages attractifs pour les agriculteurs. Avec  une enveloppe de 140000 euros, la Communauté de communes du Pays de Gex, en concertation avec l’ensemble des usagers, s’est fixée cinq ans pour atteindre cet objectif.

  • Réduire les accidents sur la 2x2 voies tout en rétablissant une liaison naturelle d’intérêt national et transfrontalier


Sur   les   4500   km   de   routes dont   il   assure   la   gestion,   le Département de l’Ain gère une 2x2 voies située dans le Pays de Gex. Limitée à 110 km/h, cette  dernière supporte plus de 20000 véhicules /jour.En deux ans,de nombreuses collisions ont été recensées avec la grande faune, avec en moyenne un accident tous les dix jours. Face  à  ce  problème croissant de sécurité routière et dans un contexte de restauration des continuums écologiques, le Département de l’Ain s’est fixé l’objectif de:

  • limiter  les  collisions  entre  les  automobilistes  et  la  grande faune: la sécurité routière est une priorité numéro un,
  • proposer  un  projet  partagé  par  les  acteurs  locaux  sur  la base d’une vision d’ensemble sur les 16 km.

Pour  cela,  aménager  un  passage  à  faune  sous  la  forme  d'un "écopont", sur la commune de Péron, s’avère la solution la plus efficace. Le coût de ce projet majeur, mené par le Département de l’Ain,va s’élever entre 1,5 à 3 millions d’euros

 

 

 

Plus d'informations sur :