Actualités

Jeudi 14 novembre 2013

Rapport d'étude sur l'Arve en projet

retour à la liste des actualités
L'Arve en projet

Des étudiants de 3ème année de la filière architecture du paysage de la Haute école du paysage, d'ingénierie et d'architecture de Genève (hepia) se sont penchés sur la réalisation d'une étude sur l'Arve et ses abords. Cette étude associe depuis 2013, dans le cadre du Grand Genève, les communes riveraines genevoises et haut-savoyardes, le canton de Genève et Annemasse Agglo. Le projet de paysage prioritaire de l’Arve vise à préserver et mettre en valeur la rivière et les territoires habités et cultivés qui l’entourent.

Un paysage en mutation

Depuis son tracé naturel, méandrant entre les talus d'incision de son lit majeur, l'Arve a fortement évolué, notamment sous la pression de différents facteurs anthropiques. L'analyse des cartes historiques montre un processus en cours de limitation des expansions de la rivière au profit d'une urbanisation des rives, laissant exister un risque réel de disparition des continuités territoriales et des qualités paysagères. 

Un espace transfrontalier

L'Arve s'écoule en grande majorité sur le territoire français. Sa rencontre avec le Rhône se fait à la Jonction, dans le centre de Genève. Elle représente une opportunité de travailler à la cohérence territoriale en cherchant une image directrice transfrontalière. La réalisation en cours d'une piste cyclable entre Genève et Chamonix, le long de l'Arve, témoigne de cette volonté des collectivités territoriales de travailler sur le statut des rives.

Le périmètre d'étude

Le choix du périmètre correspond à un choix pédagogique pour des étudiants en 3ème année de Bachelor. Dans une vision idéale, le tronçon étudié aurait pu s'étendre jusqu'à Bonneville ou Cluses. Pour définir une veritable structure paysagère à l'échelle de l'agglomération, le choix du tronçon, entre la Jonction et Arthaz, correspond à une traversée des différents tissus urbains : dense, périurbain et rural. Il semble aussi que les problématiques rencontrées sur cette portion de territoire soient communes à d'autres secteurs le long de l'Arve.

Territoire d'étude

 

Un projet en collaboration avec le Grand Genève

Ce projet d'étudiants est une formidable opportunité de participer au débat sur les espaces publics et la continuité territoriale de part et d'autre de la frontière. L'atelier s'est ainsi construit en pleine connaissance des deux parties, à savoir l'hepia et le Grand Genève. Ainsi, le Grand Genève a été attentif à accompagner les élèves durant les présentations d'atelier et l'organisation de l'exposition. 

 

Durant cette étude, les étudiants en architecture du paysage ont soulevé de nombreuses questions à propos de l'avenir de l'Arve. La végétation, tout comme les caractéristiques paysagères, représente un excellent moyen de gommer les limites administratives. Il existe un formidable potentiel de développement  des espaces publics autour de la rivière, qu'ils soient ruraux ou urbains. Les décisions politiques peuvent permettre de protéger les espaces ouverts, naturels ou cultivés, compte tenu des pressions actuelles et de la menace de leur disparition. Les aménagements des berges de l'Arve peuvent permettre d'accueillir les promeneurs sans porter atteinte aux qualités spatiales et paysagères.

 

Ce projet de paysage se concrétisera progressivement en projets opérationnels, dans la vision d’un patrimoine transfrontalier à valoriser, au bénéfice des populations riveraines.

 

Voir le rapport complet sur l'Arve en projet.